Deprecated: Unparenthesized `a ? b : c ? d : e` is deprecated. Use either `(a ? b : c) ? d : e` or `a ? b : (c ? d : e)` in /homepages/31/d116362114/htdocs/FR/cinema/ecrire/inc/utils.php on line 2697
YouVox Cinéma - Magazine participatif des passionnés de films et séries TV | Blood Diamond - Edward Zwick
Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /homepages/31/d116362114/htdocs/FR/cinema/ecrire/inc/utils.php:2697) in /homepages/31/d116362114/htdocs/FR/cinema/ecrire/public/evaluer_page.php(51) : eval()'d code on line 15
Rechercher
Add to Netvibes Subscribe in NewsGator Online      
logo rss
logo youvox
devenez rédacteurs
A la une
A la une

Blood Diamond - Edward Zwick

Partagez cet article  ›› 
mercredi 7 février 2007, par HA
imprimer article  2 réactions

Il y a environ un an sortaient deux films dont on a souvent fait le lien entre eux : Lord of War de Andrew Niccol et Constant Gardener du très prometteur Fernando Meirelles. On y trouvait un thème récurrent, celui de la dénonciation envers les Etats-Unis qui alimentent l’Afrique en armes pour que les peuples s’entretuent. Aujourd’hui c’est au tour de Edward Zwick de mettre en scène le destin tragique de toute une nation dans Blood Diamond.

D’entrée, l’aspect hollywoodien saute aux yeux et l’académisme de Zwick dans la réalisation y est pour beaucoup. La caméra vive, le plomb en rafale sur les carcasses de voitures, cette volonté excessive d’immersion provoque une césure certes intéressante mais trop brusque avec les autres scènes. Intéressante, dans le sens où il existe un contraste qui oppose fermement la mise à feu de ce pays et les magnifiques paysages ensoleillés alors altérés par l’Homme. Mais il ne faut pas en vouloir à Hollywood de perturber à tout instant le récit en insérant une dose d’action inhérente aux films du réalisateurs. Car de la même manière, les vertes et calmes plaines du Dernier Samourai se voyaient bien vite salies par le sang.

Alors même si l’aspect aventure est privilégié, il n’en reste pas moins une dénonciation éloquente. Non pas par ses discours moralisateurs mais par la transparence que Zwick confère à son récit en exposant les enfants soldats, un peu à la manière de Mereilles dans La Cité de Dieu. A l’exception près que l’on pourrait considérer la dénonciation de Blood Diamond comme une délation car l’intérêt de celle-ci peut se comprendre comme une recherche de légitimité. Pourquoi faire un film purement d’action ? Cela n’a plus raison d’être dans le cinéma d’aujourd’hui. Dans ce cas, instaurons une toile de fond humaniste qui est susceptible de toucher le public, semble se dire Edward Zwick. Car si dans Constant Gardener, la forme rendait service au fond, c’est bel et bien l’inverse qui se produit dans Blood Diamond.

Si DiCaprio ne saurait reproduire une performance aussi impressionante comme celle dans Les Infiltrés (pourquoi a-t-il toujours besoin d’en faire des tonnes avec autant de simagrées inutiles ?), Housoun livre une prestation exceptionnelle faisant foi d’un charisme étonnant. Il en va de même pour Jennifer Connelly qui symbolise à elle seule tout ce que le journalisme peut susciter dans de telles circonstances. En effet, cette scène où un car de journalistes découvre un cadavre gisant sur le sol et ceux-ci se ruent alors pour en recueillir la moindre photo, représente ce qu’il y a de plus immonde dans une société médiatique comme la notre. Connelly expliquera même que le deuxième plus grand camp de réfugiés d’Afrique fera certainement une brève entre le sport et la météo… On assiste alors, impuissant, face à l’horreur qui nous entoure.

Là où Constant Gardener frappait fort de par son message politique constamment présent, Blood Diamond s’évertue d’avantage à plaire qu’à instruire. C’est pourquoi il faut aborder ce film comme un pur divertissement et y déceler si possible une critique réelle de la société occidentale vis-à-vis de l’Afrique, du Tiers-Monde. Manifestement, la love story présente comme il se doit contribue d’avantage à s’éloigner du sujet une fois de plus. Blood Diamond est un bon film hollywoodien, et l’adjectif aussi succin soit-il reste le plus approprié, mais souffre d’un manque cruel de fond. Encore fallait-il s’attendre à une autre alternative de la part de Zwik qui n’est pas habitué pour se récrier contre quoi que ce soit.


mercredi 7 février 2007, par HA
imprimer article  Autres articles de HA | Mots-clés |

Sur le thème : Blood Diamond

Réactions
  • Blood Diamond - Edward Zwick

    anonyme
    - 20 mars 2007 15-07

    Merci de présenter ce film.
    Il est toujours intéressant de" discuter" autour d’un livre, d’un film, d’une chanson car chacun resent différemment selon son histoire et son chemin de vie.

    Un tel dialogue ouvre à la tolérance.

    Un tel film me bouleverse.
    Je me demande toujours pourquoi j’ai eu la chance de naître en Occident, en France, blanche et dans une famille aisée qui m’a ouvert les portes de l’école et de la culture, des voyages et des losirs.

    Toujours cette question, parfois lancinante, à l’instar de la chanson de Frédérics, Goldman et Jones :
    " Si j’étais né en 17 à Eisenhüttenstadt.... "

    J’essaye d’ouvrir aussi les yeux et le coeur de mes petits-enfants vers le Monde,les Autres et la générosité.

    Savoir que j’ai plus de devoirs que de droits.
    Et surtout agir en conséquence.

    Christine Lecomte
    co-animatrice de YVVoyage

    Réagir à cet article | Réagir à ce message

  • Blood Diamond - Edward Zwick

    anonyme
    - 21 mars 2007 18-19

    En effet, c’est un habillage hollywoodien renfermant un embryon de message.

    C’est drôle, je n’ai ressenti à aucun moment de parallèle avec The Constant Gardener. Où sont plutôt pointés du doigt l’immobilisme véreux de la diplomatie britannique et surtout les exactions des laboratoires pharmaceutiques. Ce qui est dénoncé n’est pas le business de l’armement mais pire, les manipulations médicales sur des populations cobayes, conduites par des entreprises privées sous la protection des émissaires diplomatiques.
    De mon point de vue, cela dépasse de loin la critique anti-américaine...
    Mais ce n’est qu’un point de vue !

    Réagir à cet article | Réagir à ce message

Réagir à cet article

bouton radio modere priori

forum info modere

form pet message commentaire
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    texte
Qui êtes-vous ?
Se connecter

youvox
Add to Netvibes Subscribe in NewsGator Online
   

http://cinema.youvox.fr est motorisé par spip 3.2.1 [23954]. creations sites internet Rizom