Rechercher
Add to Netvibes Subscribe in NewsGator Online      
logo rss
logo youvox
devenez rédacteurs
A la une
A la une

Tarnation de Jonathan Caouette

Partagez cet article  ›› 
mardi 11 octobre 2011, par nikkyta B.
imprimer article 

Une réussite bien que méconnu du public français

Qui est Jonathan Caouette ?

Pour le savoir, un film : Tarnation. Sorti en 2004, ce film est révélateur d’une vie martelée par la souffrance d’un enfant. Cinéphile dès son plus jeune âge, Caouette se fait le voyeur de sa propre enfance.
Dès l’âge de onze ans, il filme ceux qui ont oublié de le cajoler. Cet admirateur de Lynch, réalise là une autobiographie aussi aliénée que ceux qui (dé)composent sa vie. Le montage expérimental de ce métrage nous amène dans les retranchements d’un environnement psychotique dans lequel l’enfant tente d’exister. Comment exister quand on a pour seuls repères drogues, prostitutions et homosexualité exubérante ?

Caouette s’apprend à travers l’œilleton d’une super-8. Il plonge son objectif dans une épaisse vase d’abandons, de désarroi et de folie. A force de viols et autres incestes, ce film nous fait sentir l’odeur fétide du malsain à l’orée de l’enfance. Celui qui s’enlise sous le coup du destin, survit grâce à quelques morceaux de pellicules témoins de l’horreur mise à nue. Jonathan Caouette fait de son physique une force pour séduire, se prostituer.

C’est en voyant ce genre de péripéties qu’on ne peut s’empêcher d’être bouleversé par la perte de naïveté de ce « gosse », ce nouvel adulte à vif, écartelé. La mère quant à elle, ne cesse de se noyer dans l’océan de ses névroses. Egorgée par un profond mutisme de l’esprit, elle n’en est pas moins attachante. Elle est le bourreau de Caouette. Elle a cependant su faire naître en lui une fascination quasi obscène. Cette femme éviscérée, va devenir un drôle de pilier dans la vie de Jonathan Caouette.
Lui qui a essuyé de nombreuses familles d’accueil, découvre à 19 ans un nouveau fardeau.

Difficile pour le spectateur, forcé de prendre parti, de comprendre cet entichement pour ce tortionnaire. Caouette a 31 ans lorsqu’il réalise ce film. On sent un garçon désabusé par la vie et pourtant debout tel un roc. Ce que Caouette réussit dans ce film, c’est attendrir. Mais l’attendrissement n’est pas négatif dans ce cas.
Ce film suggère la sympathie à tendance vindicative. On est amené à un certain bon sens interrogatif devant ce combat de l’ombre et la lumière. Lorsque l’enfant essaie d’ « être » dans une lutte acharnée entre espoir et désespoir il trouve le cinéma au bout.

mardi 11 octobre 2011, par nikkyta B.
imprimer article  Autres articles de nikkyta B. | Mots-clés |
Réagir à cet article

bouton radio modere priori

forum info modere

form pet message commentaire
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    texte
Qui êtes-vous ?

youvox
Add to Netvibes Subscribe in NewsGator Online
   

http://cinema.youvox.fr est motorisé par spip 3.0.17 [21515]. creations sites internet Rizom